Éditorial
#

Le 10 octobre , la communauté internationale célèbre la journée mondiale de la santé mentale qui aura pour thème cette année « la santé mentale est un droit humain universel ». En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dit très justement qu’il n’y a de santé sans santé mentale. Il est donc impératif de promouvoir des politiques de santé prenant en compte le nécessaire équilibre entre santé physique et santé mentale. En effet, l’un ne va pas sans l’autre.

Nous avons ainsi choisi , au cours de cette semaine, la journée, du 14 octobre 2023, pour relancer les activités de notre société savante , la Société Congolaise de Santé Mentale (SOCOSAM) en organisant une journée scientifique sur le thème « la santé mentale est un droit universel : et au Congo ?» avec une première session consacrée aux communications thématiques et une deuxième session consacrée aux communications libres.

Comme chacun le sait, la SOCOSAM a pour objet principal de nous aider à mieux comprendre, dans notre contexte, les problématiques de santé mentale, mesurer le poids respectif de la morbi-mortalité en santé mentale et contribuer à l’identification de solutions pertinentes que cela soit en termes de politiques de santé publique ou en termes de moyens thérapeutiques.

Bien que la science soit universelle , il est impossible d’envisager le transfert de connaissances et de compétences comme un simple copier-coller ; il est en effet nécessaire en tout temps de contextualiser et de décontextualiser. En d’autres termes , il est nécessaire d’adapter le corpus de connaissances à notre environnement et à notre écologie mentale. Il faut en outre pouvoir ensemencer , augmenter , par nos recherches , une meilleure compréhension de la psyché de l’Homme , de ses ressorts et des voies qui permettent de la restaurer.

Nous ne devons pas être seulement consommateur de connaissances mais également producteur de connaissances dans le cadre de notre contribution , comme le disait L.S Senghor, à la civilisation de l’universel. Dans ce contexte , il faut savoir recevoir mais il faut savoir également donner.

Je suis donc heureux , à l’occasion de cette journée scientifique, de procéder au lancement de notre site web www.socosam.com qui va nous servir de cadre de travail numérique pour nos recherches et également d’outil de communication et de promotion de la santé mentale.

Je tiens à saluer la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale FCRM et sa présidente Professeure Francine NTOUMI qui ont soutenus et accompagnés ce projet de site web dans sa conception et sa mise à disposition pour les professionnels de la santé mentale d’une part et, le grand public d’autre part.

Je remercie également les membres de la communauté qui s’engagent dans la promotion de la santé mentale et nous soutiennent tous les jours dans l’anonymat. Puisse le Seigneur leur permettre de récolter au centuple ce qu’ils sèment si généreusement.

A titre personnel, voilà bientôt 20 ans que je me suis investi dans le champ de l’enseignement et de la recherche en santé mentale et je dois avouer qu’à force de persévérance, nos efforts conjugués sont en train de donner petit à petit leurs fruits.

L’aventure continue !

Professeur Alain M. MOUANGA
Président de la SOCOSAM


  • Partagez